Des gènes soit presque morts soit presque vivants

On sait depuis longtemps que les gènes naissent, vivent et meurent. Forcément, puisqu’on observe des gènes dans certaines espèces mais pas d’autres (par exemple y a des récepteurs aux estrogènes chez les vertébrés mais pas chez les mouches, encore moins les plantes ou les champignons), donc ils du « naître » à un moment, et on observe parfois que la distribution doit s’expliquer par une perte (par exemple presque tous les mammifères ont l’enzyme de synthèse de la vitamine C, sauf un sous-groupe de primatesdégénérés dont nous sommes), donc le gène a du « mourir ».

Lire la suite.

»