Thermodynamique de la mort

Le célèbre physicien Schrodinger, dans son remarquable ouvrage « Qu’est-ce que la vie ? » donne une définition thermodynamique de la vie et des être vivants. La constatation de base de Schrodinger est que les structures vivantes, à l’échelle cellulaire, sont remarquablement stables dans le temps bien que soumises à d’énormes fluctuations thermiques. Pensez par exemple à un trait physique qui peut se transmettre de générations en générations (comme la fameuse lèvre des Habsbourg) : une information génétique peut perdurer inchangée pendant des milliers d’années dans un milieu aussi dynamique qu’une cellule. Cette stabilité du génome amena Schrodinger à « prédire » l’existence d’un « cristal apériodique » comme support de l’hérédité – à l’époque on ne savait pas ce que faisait l’ADN.

»

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *